Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous ?

  • : AZA
  • : l'Association AZA "Zazakely Alasora, pour les enfants d'Ambodivondava" a pour objet d’aider à la scolarité et à la santé des enfants du village d’Ambodivondava-Alasora, situé dans la province d’Antananarivo à Madagascar. Cette aide sera apportée sans discrimination d’aucune sorte et dans le respect des us et coutumes locales. Elle n'a rien à voir avec une autre association "Zazakely" existante.
  • Contact

Objectifs

  --cole-phase-1--copie.jpg

  L’Association Zazakely Alasora, pour les enfants d’Ambodivondava a pour vocation de favoriser la scolarisation des enfants du village d’Ambodivondava, village de la commune rurale d’Alasora. Cette commune est située à quelques kilomètres au Sud-est de Tananarive sur les bords de la rivière Ikopa. à Madagascar.

  Les quelque 450 enfants inscrits à l’école et répartis en 8 classes n’ont que 5 salles de classes à leur disposition dans l’Ecole Primaire Publique du village. Les salles sont alors occupées par certains le matin et par d’autres l’après-midi. Les élèves ne peuvent donc pas bénéficier de journées complètes d’étude. Notre projet est d’aider à agrandir l’école en finançant et en construisant 3 salles de classes supplémentaires et une salle de cantine pour accueillir les enfants qui bien souvent arrivent à l’école et en repartent le ventre vide.

  Notre deuxième projet est de permettre à ces enfants d’avoir un suivi de santé lors de leur scolarité.

  Nous souhaitons aussi préparer l’avenir de ces enfants en créant des ateliers de travaux manuels.

  Nous avons besoin de votre aide pour soutenir ces projets. Adhérez à l’Association en remplissant le formulaire ci-dessous. La cotisation annuelle est fixée à 25 € pour l’année 2016.

 Le président Alain Martinet

Lecture solidaire

 

Partageons …

 … un livre

… une ecole

 

"Avant de m'exprimer en français,

je répétais tout dans ma tête et,

après une profonde inspiration,

je me lançais."

" Le plus Français de notre couple,

ce n’est pas Alain, c'est moi.

Et le plus Malgache des deux, c'est lui."

 

Ce livre raconte les souvenirs de Noromalala Martinet ;

elle compare la vie à Madagascar, où elle a vécu son enfance,

 son adolescence, ses premiers pas d'adulte,

avec la vie en France où elle s'est enracinée.

La rencontre de ces deux cultures est relatée

avec beaucoup d'amour et d'humour.

 recto-livre.jpg

Le livre est disponible

 auprès de Madame Martinet

à La Grande Motte

Tél. : 04.67.29.61.65 ou 06.07.02.19.93

Prix 15 euro + 2 euro pour frais d’envoi

 

Les bénéfices sont reversés à l’association

et destinés à l’agrandissement

de l’École Publique Primaire

du village d’Ambodivondava-Alasora

à Madagascar

 

 

7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 11:05

Vanille bio et Solidaire

Article publié dans le "Pèlerin" du 30 mars 2006

En revendant aux professionnels et aux particuliers de la vanille Bourbon de Madagascar, Bruno Grandvoinnet, pâtissier-chocolatier à Besançon, aide à la scolarisation d'enfants malgaches.

Tout a débuté lors d'un repas de famille où figuraient parmi les convives Bruno Grandvoinnet, pâtissier-chocolatier à Besançon, et Noromalala Martinet, la tante de son épouse. Malgache installée depuis plus de trente ans en France, celle-ci œuvre pour la scolarisation des enfants dans son pays natal, à travers l'association Zazakely (1). Au cours de la conversation, Bruno s'étonne que les populations de la grande île soient si pauvres alors que la vanille qui y est produite est vendue excessivement chère à l’étranger. Si chère que bon nombre de professionnels des métiers de bouche en réduisent l'usage ou privilégient la vanille artificielle, sans commune mesure. «Je me suis aperçu que, sur place, à Madagascar, le prix de la vanille était très bas.», explique-t-il.

Plutôt que de continuer à enrichir des intermédiaires qui s'offrent des marges considérables, Bruno a eu l’idée d’acheter en «direct» la vanille dont il avait besoin pour ses gâteaux et chocolats, en optant pour un commerce équitable. «J'ai cherché sur Internet et trouvé une productrice de vanille biologique qui souhaitait en vendre en France.» Cette dernière est à la tête d'une plantation fondée en 1924 par ses arrière-grands-parents au village de Betavilona au nord-est de l'île de Madagascar.

Bruno aurait pu se limiter à sa consommation personnelle. Il a choisi d'aller plus loin afin de doubler cette opération commerciale d'un geste humanitaire. En gousses, en chutes ou en poudre, il importe davantage de vanille qu'il en utilise et en revend une partie. En Franche-Comté et en Bourgogne, plusieurs pâtissiers-chocolatiers et chefs de cuisine de restaurants gastronomiques ont déjà saisi cette opportunité de se fournir, grâce à lui, en produits de qualité à un prix deux fois moins élevé que celui habituellement pratiqué. Ce qui lui permet néanmoins de faire un bénéfice. Si 50 % de cet argent rembourse ses frais de port et de gestion, il reverse l'autre moitié à l'association Zazakely pour les enfants du village d'Ambodivondava-Alasora dont l'objectif actuel est l'agrandissement de l'école publique primaire.

Bruno apporte ainsi sa pierre à l'édifice, tout en facilitant le retour de la véritable vanille Bourbon extra noire de Madagascar, naturelle et non fendue, dans nos plats ou desserts. «Elle explose en bouche et n’a rien à voir avec la vanille artificielle. On redécouvre le vrai goût de cette épice. J'apprécie de pouvoir faire du bien avec du bon.» Un sentiment que chacun pourrait partager. En effet, Bruno propose également cette vanille aux particuliers, dans sa boutique (2) ou par correspondance dans toute la France. Et lorsque l'on sait qu'une gousse coûte moins d'un euro et qu'avec vingt euro on peut scolariser un enfant à Madagascar durant un an, on n’hésite pas !

Dominique Bonnet

 (1)  Noromalala Martinet a écrit un livre dont le produit de la vente est reversé à l'Association Zazakely : Une Malgache au pays de ses ancêtres les Gaulois. 
(2)  Pâtisserie Grandvoinnet, 50 rue de Belfort, 25000 Besançon. Tél.: 03 81 80 28 43.

Partager cet article

Repost 0
Published by Micheline JOUSLIN
commenter cet article

commentaires